>  > Lexique

 

A

Absorbeur d’humidité :  Appareil qui absorbe l’excès d’humidité de l’air.

Acariens : Petite arachnide représentée par de nombreuses espèces de toute petite taille.

Acrotère : Rebord d'un toit terrasse.

Additif ou adjuvant : Matière qui, incorporée à un produit ou un matériau, en améliore les performances ou en modifie les caractéristiques.

Algicide : Produit qui détruit les mousses et lichens

Anti-mousse : Produit qui est fongicide, algicide et bactéricide. 

Armature : Désigne tout textile manufacturé, tissé ou non, que l'on incorpore dans le matériau pour répartir à l'intérieur de celui-ci les déformations et tensions du support et en augmenter ainsi la résistance. 

Auvent : Dalle en saillie formant un porte-à-faux par rapport à la façade, située en partie inférieure de bâtiment. 

   

B

Bactéricide : Produit qui détruit les bactéries et autres micro-organismes. 

Balcon : Extrémité d'un plancher intermédiaire en saillie par rapport à la façade, communiquant avec un local habitable, et limité vers l'extérieur par un ouvrage vertical formant garde-corps.

Bardage : Nom donné aux planches disposées autour d'un ouvrage afin de le protéger.

Bitume : Mélange de carbures d'hydrogène qui se présente à l'état liquide ou solide et dont la couleur varie du brun au noir.

Bitumes artificiels : Obtenus dans la distillation, l'oxydation du pétrole.

 

C

Calfeutrage ou Calfeutrement : Boucher les fentes d’une huisserie afin d’éviter à l’air et au froid de pénétrer. Plus généralement, garnissage d'un espace étroit et allongé (joint, fente, saignée…) avec un matériau étanche et isolant.

Canule : Embout plastique rigide servant à appliquer le mastic.

Capillaire : Réseau formé de canaux tubulaires de très petit diamètre (environ celui d'un cheveu, d'où son nom) qui permet à l'air ou à l'eau de circuler à travers les matériaux. 

Capillarités : Phénomène physique lié au caractère élastique de la surface de tout liquide, et au fait que sa propagation est facilitée par le rapprochement des parois qui l'entourent. Illustration de ce phénomène : si l'on plonge un tube de verre très fin dans un récipient d'eau, celle-ci monte dans le tube nettement plus haut que le niveau de liquide dans le récipient.

Casquette : Dalle en saillie formant porte-à-faux par rapport à la façade, située en partie supérieure du bâtiment.

Chenaux : Rigole aménagée à la base d’un toit et conduisant les eaux de pluie au tuyau de descente. 

Colmater : Boucher, obstruer

Colmatage : Obturation totale ou partielle des entrées d'eau d'un élément.

Condensation : Phénomène dû à la rencontre de l'air chaud saturé d'humidité sur un support froid. Elle a pour conséquence la formation de moisissures et de taches dans les angles des murs et derrière les meubles.

Couche décorative : Couche supplémentaire appliquée, si nécessaire, sur le revêtement d'étanchéité liquide, pouvant être ou non antidérapante dont la fonction est seulement décorative. Selon l'usage ou l'exposition, il peut s'avérer nécessaire de procéder à son renouvellement dans le cadre des travaux d'entretien. 

Couche d'usure : Couche supplémentaire appliquée, si nécessaire, sur le revêtement d'étanchéité liquide, pouvant être ou non antidérapante, et destinée à éviter sa détérioration sous l'action de la circulation piétonnière, d'agressions chimiques. Elle doit être renouvelée dans le cadre des travaux d'entretien en fonction de la perte de matière due à ces sollicitations. Nota : La couleur de cette couche sera de préférence différente de celle du revêtement d'étanchéité liquide. 

Coursive : Partie d'un plancher intermédiaire en saillie ou en retrait par rapport à la façade, servant à la desserte de plusieurs locaux, limitée vers l'extérieur par un ouvrage vertical formant garde-corps.

Curatif : Qui a pour but de traiter, réparer, guérir.

Cuvelage : Ensemble des opérations faites et des matériaux utilisés pour protéger des eaux les constructions en sous-sol.

   

D

Dégâts des eaux : Dégâts causés par les ruptures accidentelles de plomberie. 

Discontinuité de surface : Les fissures, les lézardes, les tuiles cassées ou déplacées, les jointures et liaisons non étanches, etc,… permettant à l’eau de pénétrer anormalement dans votre habitation. 

Dossier Technique du procédé : Cahier des clauses et fiches techniques du fabricant du produit d'étanchéité. 

Drainage : Dispositif de collecte et d’évacuation des eaux d’infiltrations.

   

E

Efflorescences : Transformation des sels hydratés après évaporation au contact de l’air. Vulgarisation du phénomène de la formation du salpêtre. 

Élasticité : Propriété de certains corps de reprendre leur forme ou leur volume quand la force qui les déformait a cessé. 

Électrophorèse : 

Électro-osmose : Traversée d’une paroi par un liquide sous l’effet d’un champ électrique.

Électrophorèse : Traversée d’une paroi par un liquide et de particules en solution ou émulsion sous l’effet d’un champ électrique. 

Enduits : Couche de mortier appliquée sur un mur pour l’isolation et la décoration. 

Escaliers ou gradins extérieurs : Ouvrages comportant plusieurs degrés permettant la circulation ou le stationnement piétonnier, souvent limité en rive par un mur qui les soutient.

Étanche : Qui fait obstacle au passage de tout élément physique (eau, air, gaz, solide, etc.,..).  

Évaporation : Transformation sans ébullition d’un liquide en vapeur.

Extruder : Synonyme d'extraire

   

F

Faïençage : Ouverture du support au tracé plus ou moins régulier d’une largeur de :

  • Pratiquement invisible à l’œil nu : Faïençage. Craquelure superficielle sur un enduit ou une peinture.
  • Inférieure à0,2 mm : Microfissure.
  • Entre 0,2 mm et 2 mm : Fissure.
  • Supérieure à 2 mm : Lézarde.

Faîtage : Pièce de bois qui fait le sommet de la charpente dans un bâtiment.

Feuil ou film sec : Désigne l'état du ou des produits appliqués en une ou plusieurs couches, formant, après combinaison s'il y a lieu avec un réactif puis évaporation des solvants et diluants, une membrane. Note : Les systèmes d'étanchéité liquide forment des revêtements minces dont l'application ne peut corriger les défauts de planéité du support. La fonction étanchéité de ces revêtements n'est pas affectée par ces défauts, mais leurs conditions d'exécution et les tolérances de planéité du support peuvent conduire à la formation en service de légères retenues d'eau.

Filmogène : Se dit d'une matière apte à former une pellicule, une couche très mince.

Fongicide : Produit qui détruit les champignons et moisissures et qui empêche leur développement.

Friable : Se dit d'un matériau qui peut être aisément réduit en poussière.

    

G

Goudron : Produit huileux, visqueux, de couleur brune ou noire, obtenu pas la distillation sèche de nombreuses matières organiques.

   

H

Huisserie : Partie fixe d’une ouverture dans un mur. 

Hydrofuge : Produit imperméabilisant qui empêche l'eau de pénétrer dans les matériaux en la repoussant et qui les préserve contre les effets de l'humidité.

Hydromètre : Appareil de mesure du taux d'humidité de l'air.

Hydrophobe : Qui n’est pas mouillé par l’eau, qui n'a pas d'affinité pour l'eau. 

Hydrophile : Apte à être mouillé par l’eau sans être dissous.

Hygrométrie : Partie de la météorologie qui étudie la quantité de vapeur d'eau contenue dans l'air.

Humidité : État de ce qui est chargé d’eau et de vapeur d’eau. 

Humidité relative : L'humidité relative de l'air (ou degré d'hygrométrie), couramment notée f, correspond au rapport de la pression partielle de vapeur d'eau contenue dans l'air sur la pression de vapeur saturante (ou tension de vapeur) à la même température et pression. Elle est donc une mesure du rapport entre le contenu en vapeur d'eau de l'air et sa capacité maximale à en contenir dans ces conditions. Ce rapport changera si on change la température ou la pression bien que l'humidité absolue de l'air n'ait pas changé. L'humidité relative est souvent appelée degré hygrométrique. Elle est mesurée à l'aide d'un hygromètre.

   

I

Insalubre / Insalubrité : Malsain, nuisible à la santé. 

Imperméable : Qui ne laisse pas passer l’eau.

Imperméabiliser : Protéger une paroi du passage de l'eau (les parois conservent leur pouvoir respirant).

Imputrescible : Qui ne peut pourrir (c'est à dire se putrifier)

Infiltration : Passage d'un liquide à travers un matériau ou une paroi.

   

J  

Joint : Un joint désigne soit la ligne séparative et le garnissage ou calfeutrement d'un interstice entre deux éléments quelconques de même nature ou de natures hétérogènes, soit une solution de continuité voulue pour absorber des différences de mouvement ou de comportement des éléments de construction ou du sol.

   

L

Lézarde : Fissure supérieure à 2 mm et requérant des travaux de maçonnerie.

Lichens : Végétal qui se développe sur les pierres, les sols, les arbres. Ils résistent à des conditions extrêmes de température et de sècheresse. 

Lucarne : Ouvrage en saillie sur un toit, comportant une ou plusieurs fenêtres donnant du jour au comble.

   

M

Matériaux poreux : Caractère d'un corps dont la surface présente des pores, et par extension, qui présente une structure interne discontinue à interstices multiples.

Microfissure : Ouverture du support au tracé plus ou moins régulier d’une largeur inférieure à 0,2 mm.

Microporeux : Se dit d'un revêtement qui s'oppose au passage de l'eau sous sa forme liquide mais qui laisse passer la vapeur d'eau.

Mousse : Plante formée d’un tapis de courtes tiges feuillues serrées l’une contre l’autre, vivant sur le sol, les murs, les arbres, les toits.

Mur enterré : Mur dont une des faces est en contact avec la terre.

   

N

Noue : Angle reliant deux pans de toitures.

   

O

Obturer : Boucher des fissures, des joints, combler un orifice.

Oléofuge : Empêche les huiles et les graisses de pénétrer dans le matériau en les repoussant.

   

P  

Point de rosée : Correspond au moment où la vapeur d'eau commence à se condenser.

Pontage : C'est la pause d'une armature, sur une fissure, destinée à répartir les contraintes dans le revêtement d'imperméabilité en créant

Porosité : Caractère d'un corps dont la surface présente des pores.

Préventif : Qui à pour but d'empêcher, de prévenir.

 

R

Remontées capillaires : Remontées d’eau dans les murs des habitations provoquées par l’attraction de l’eau au contact de matériaux poreux. Elles se manifestent souvent par une ligne de moisi régulière de 20 à 80 cm au-dessus du sol.

Revêtement bitumeux : Produit de protection contre l'humidité, à base de bitume ou de goudron, d'aspect noir ou brun-noir. Généralement utiliser pour imperméabiliser les murs de fondations ou les terrasses non circulables.

 

   

S

Salpêtre : C'est la conséquence visible de la présence d'humidité dans le mur. Cette humidité dissout les sels contenus dans le sol ou dans les murs. Ces sels se dissolvent dans l'eau puis sont véhiculés jusqu'à la surface où ils se déposent. Le salpêtre prend la forme de poudre blanche sur de la brique ou de cristaux en relief sur du plâtre.

Saumure : Liquide obtenu dans le bac de l'absorbeur d'humidité, après que celui-ci ait transformé l'excès d'humidité de l'air.

Shingle : Panneau léger composé d'un matériau d'armature, imprégné et surfacé de bitume, et couvert de fins granulats naturels ou teintés

Solin : Bande d'étanchéité servant à assurer la continuité de l'écoulement de l'eau entre deux éléments de construction de nature différente discontinue.

Souche de cheminée : Ouvrage de maçonnerie situé sur la toiture et contenant les conduits de fumée.

   

T  

Thermo-hygrométrique : Causé par les variations de température et d'humidité.

Tôle galvanisée : Tôle recouverte d'une couche de zinc.

Tuile canal : Tuile en forme de gouttière renversée.

 

V

Vapeur d'eau : Etat gazeux de l'eau, dispersée dans l'air, dans un autre gaz, ou dans le vide.

 

Lexique Il n'y a aucun produit dans cette catégorie.